contes et conteurs sur le net

Un mariage de raison Jérôme Cahuzac et le tour de France 2013


Le mariage pour tous entre amis...


Naturellement, ça n'a pas manqué, Stéphane m'a balancé « excepté les articles du copinage littéraire, il ne faut jamais lire le Monde, sinon tu vois, ça t'embarque dans des histoires dangereuses pour ta carrière ! Puisque tu sembles encore plus difficile à convaincre que Lucilius d'abandonner ce travail auprès de nos chers élus ! »

Une interview de Lance Armstrong, même dans le Figaro, je l'aurais lue ! J'ai beau être intellectuel, donc naturellement de gauche, même dans le sud-ouest, j'aime le vélo. Qui plus est, passant ma vie dans un bureau, il faut bien cacher sa littérature et participer aux conversations.
L'ancien septuple vainqueur du Tour de France parle si peu. Depuis ses aveux chez la grande prêtresse du talk-show américain, Oprah Winfrey, il semble devenu mitterrandiste, laisse le temps au temps.
Dix ans qu'il n'avait pas répondu au Monde, c'était en 2003 pour le centenaire du tour ! Certes, depuis, le quotidien est passé du journalisme d'investigation au journalisme d'accompagnement. Des mots pour la centième édition en 2013... pourtant je ne pense pas y avoir lu qu'il y annonçait un nouveau come-back. Accompagnement mais sérieux !...
Pratique, quand même, les guerres ! Ainsi on peut fêter la centième édition dix ans après son centenaire ! Je sais, ce genre de propos n'est acceptable qu'n vendredi midi après quatre whiskies, puisque nous sommes dans une région où le couple cigarette-whiskies caractérise les bons vivants, selon la direction officielle. Vous ne me croyez pas ? Il faut toujours comme sur wikipédiatrie citer ses sources ? « Dans les volutes de cigarettes que cette force de la nature fume à la chaîne » ainsi s'est écrit la première œuvre majeure de Martin Malvy, arrosée du whisky dominical (majeure signifiant dans cette phase peut-être mal construite que l'auteur avait dépassé 18 ans). Salut monsieur Bashung ajoutait Ternoise dans "Quand Martin Malvy publie un livre : questions de déontologie"... vos luttes partent en fumées... (Sous les yeux embués / D'étranges libellules)

Lance Armstrong, le miraculé du cancer devenu icône de la force mentale et du courage physique. Décidément, le monde pourrait être beau, comme un Cahuzac passé d'une clinique à l'Elysée après cinq années à Matignon. La revanche socialiste sur 2002 comme l'analyse dans Marianne un Jean-François Kahn toujours péremptoire. Oui, les sondages sont formels, sauf prise de conscience chez François Bayrou de l'absurdité de cette obstination à se présenter une énième fois, rien ne semble pouvoir éviter un second tour "Jérôme Cahuzac / Marine Le Pen." Scénario « qui arrange tout le monde, permettra à la droite de se recomposer après quatre mandats successifs. »

Oui, la veille j'avais lu une interview de Lance Armstrong...

« - Comment en finir avec la culture du dopage dans le vélo ?

- A bien des égards, ça ne finira jamais. Je n'ai pas inventé le dopage. Désolé Travis ! Et il ne s'est pas non plus arrêté avec moi. J'ai simplement participé à ce système. Je suis un être humain. Le dopage existe depuis l'Antiquité et existera sans doute toujours. Je sais que ce n'est pas une réponse très populaire, mais c'est malheureusement la réalité. »

On peut remplacer dopage par fraude fiscale et vélo par politique ! Nous vivons une époque moderne, où les cyclistes (les footballeurs également, je sais) sont le reflet de la société.

« - L'UCI, ASO, l'US Postal... Tous ceux qui vous ont lâché ont tiré profit pendant des années de l'effet Armstrong ?
- Bien sûr. C'est une réaction classique de la mentalité de troupeau. C'est populaire de parler, de penser, d'agir dans ce sens aujourd'hui. Pour le reste, je ne peux pas faire de commentaires sur ceux qui ont tiré des bénéfices économiques de mon succès. »

Je repense à une soirée à Figeac. J'y assistais pour raisons professionnelles. Vous comprenez donc la nécessité de me limiter aux choses entendues publiquement. Le off peut trahir. De la même manière, si les médias s'intéressent au cheminement de l'enregistrement des confidences de Cahuzac détenu par Michel Gonelle durant douze ans, personne ne semble réellement se soucier du nom et des motivations de la personne l'ayant enregistré. Alors qu'il doit s'agir, pour Jérôme Cahuzac, du "grand traître."
Le Meeting à Figeac se déroula le 12 avril 2012 et malgré les éminentes présences de monsieur Martin Malvy, Gérard Miquel (sénateur et président du conseil général du Lot) et Jean Launay (député de la deuxième circonscription du Lot), ce fut Jérôme Cahuzac la grande vedette, que ne manquait pas d'essayer d'imiter, déjà, Jean-Marc Vayssouze, le jeune maire de Cahors dont les motifs d'insatisfactions peuvent être nombreux, lui à qui certains ne se gênent plus de balancer que la taille peut donner un complexe de supériorité mais qu'il ne suffit pas d'avancer dans l'ombre d'un petit homme pour apparaître géant. Naturellement, les cadurciens s'expriment avec moins de périphrases.
C'était salle Balène où la femme de paille, pardon madame la maire de Figeac (dont M. MM reste le modeste adjoint tout en trônant à la communauté de communes malvynisées) et Conseillère Générale Nicole Paulo chauffa la salle... 300 personnes, ce qui relativise naturellement l'intérêt porté dans la région à ces sommités. La foule vibrait. Enfin, les gens pensaient qu'il s'exprime nettement mieux que les autres, et sans notes, qu'il fera du chemin, le Cahuzac, malgré son arrogance difficilement cachée sous des habits socialistes « Sarkozy nous a opposés les uns aux autres, ceux qui travaillent et ceux qui ne veulent rien faire, les bons et les méchants, durant 5 ans. Convenons-en, c’est un personnage hors du commun. Sa sphère privée envahit tout jusqu’à la caricature. Ce n’est pas la pudeur qui l’étouffe, rien ne nous aura été épargné. Tout ça pour quoi : 1 million de chômeurs en plus, 600 milliards de dette en plus, 70 milliards de déficit commercial en plus... Il faut nous désendetter, c’est une question de souveraineté nationale. Il faut réformer la fiscalité et que chacun y contribue selon ses possibilités, faire en sorte que les revenus du capital y contribuent autant que ceux du travail. Il faudra faire un effort de 30 milliards d’euros par an ».
Comme il fut drôle ! « Que chacun y contribue selon ses possibilités ! » Faîtes ce que je dis, pas ce que je fais !

"Jérôme Cahuzac remet le maillot jaune de vainqueur du tour de France 2013 à..."
Sénecte
L'histoire avec Jérôme Cahuzac...


Noter votre petit conte



Voir sujet précédent du forum
Si vous souhaitez ajouter un conte ou vous exprimer : envoyer un texte.



A lire Le recueil des contes de Ternoise.